Lacoste, suite de la saga familiale : la riposte de Michel Lacoste

Michel Lacoste attaque en justice sa fille Sophie Lacoste-Dournel. Il demande l’annulation de sa nomination à la tête de la marque au motif de « prise de contrôle irrégulière”.
Associé à d’autres actionnaires familiaux, il vient aussi de signer, un accord de cession d’actions avec le groupe Maus, propriétaire de Devanlay pour 30,3 % des actions de Lacoste.

Si cette opération se réalise (notons que famille Lacoste est liée par un pacte d’actionnaires – voir article publié par VA le 25 octobre), le groupe suisse Maus, détiendra alors 65 % du capital de Lacoste. Cette transaction porterait sur une somme comprise entre 1 milliard et 1, 250 milliards d’euros, soit 40 fois le résultat net du célèbre crocodile.

Est ce que le groupe d’actionnaires, sous la houlette de Sophie Lacoste-Dournel, aura les moyens de contrer cette offre ?

Quoi qu’il en soit, cette affaire ne sera pas sans conséquence sur la gouvernance de l’entreprise.

 



En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close